Tour Maîtresse - Rue de Rive

Projet: Restauration

Maître de l'ouvrage : CPEG
Recensement : MS-e 24 FAO du 6.11.85
Année de construction: 1898-1900

2014 - 2017

LA TOUR MAITRESSE

La démolition progressive du quartier de Rive a eu pour ambition l'assainissement du tissu urbain médiéval très dense. Elle a fait disparaître le palais de l'évêque de Nice ainsi que la Tour-Maîtresse édifiée au XIVème siècle (abattue entre novembre et décembre 1862).

Au début du XVIème siècle subsistait encore dans le quartier d'étroits canaux appelés "doües" d'où pénétrait l'eau du lac et où se déversaient les égouts malodorants. Ces voies d'eau sont remplacées par des allées pavées, dont celle de la Tour-Maîtresse (Louis Blondel - Genava 1966).

Au tournant du XIXème siècle, la construction de nouveaux ensembles immobiliers voient le jour avec les percements de rues. Deux cabinets d'architectes se chargent des démolitions et de la reconstruction des rues: les architectes J. Tedeschi à la rue du Prince, J. Grosset et A. Golay à la Tour-Maîtresse.

Au début du XVIIIème siècle, le quartier de Rive se résume à une "ville-rue" commerçante, fermée à l'est par la porte de Rive. Suivant son tracé, nous distinguons déjà l'alignement du parcellaire à la rue de Rive, les étroits passages et la rectitude des parcelles.

Le plan cadastral de Grange en 1901, met en évidence les rues nouvellement percées et les limites du parcellaire actuel.

Vue perspective du quartier de Rive, J. Tedeschi, 1898. Provenance BGE


Assainissement des Rues-Basses vers 1900. A gauche, la rue de la Tour-Maîtresse, côté cour. Collection iconographique du Vieux-Genève.

Tour Maîtresse - Lithographie de Hélène Hantz

Plan Billon, planche 25-26 // Plan Céard 1837 - 1940 // Plan Grange 1886-1911, provenance SITG

ARCHITECTURE

L'immeuble fait partie d'une opération d'ensemble, qui englobe trois îlots homogènes construits entre 1898 et 1902 le long de la rue de Rive. Suivants un tracé rectiligne, ces blocs sont séparés par la rue de la Tour-Maîtresse (à l'est) et la rue du Prince (à l'ouest). Les architectes J. Grosset et A. Golay ont édifiés tous les immeubles de la rue de la Tour-Maîtresse du n°4-12 au n°3-9 tandis que l'architecte J. Tedeschi a reconstruit ceux de la rue du Prince. Ces ensembles forment une unité architecturale propre à cette fin de siècle.

Façades angle 9, rue de la Tour-Maîtresse & 11, rue de Rive - Vue après travaux - 2017 // Vue avant travaux - 2014

L'immeuble n°9 de la Tour Maîtresse représente le style parisien "Beaux-arts", qui est aussi celui de Tedeschi à l'entrée de la rue du Prince, répété sur les boulevards fazystes et l'avenue du Mail. Il est destiné aux logements résidentiel avec des commerces sur un niveau entresolé. Les immeubles de tête du n°12 et 9 Tour-Maîtresse règlent le dessin des façades tout en se signalant d'un parti architectural très élaboré. A partir de l'entresol vitré, encadré de pilastres et de chaînages à refends profonds, il reste peu de zones libres sur ces façades énergiquement modelées. Au-dessus des corniches, la toiture mansardée comporte des lucarnes à frontons sculptées style "Henri IV".

Dessins de relevé, 1979, par Damay et Montessuit, provenance AVG

APRES TRAVAUX

Maçonnerie

Les cheminées présentaient de nombreuses fissures. Les cadettes, mitres et chapeaux étaient endommagés. Une consolidation des fissures et un pontage de zones fragilisées avec un treillis ont été réalisés. Les crépis ont été refaits, de même qu'un surfaçage des cadettes et des gouttes pendantes. Le mortier du crépis est à base de chaux hydratée, chaux hydraulique et faible proportion de ciment. Il s'agit d'un crépis de la gamme Weber Marmoran. La teinte choisie est un gris, n°51122.

Couverture

La couverture en écaille de fibro-ciment, type eternit, avec présence d'amiante, a été déposée sur les brisis et la toiture supérieure. De même que les écailles d'ardoise d'Angers présentes sur la tour d'angle, trop endommagées pour une récupération. La sous-couverture (type Tyveck X3), le contre-lattage et le lattage ont été remplacés. Les brisis, toiture et tour d'angle ont été recouverts d'ardoises naturelles espagnoles, type Galiza Star. Dimensions 40.5 x 25cm, carrées, grises. Barres à neige à l'ancienne, type "Genevoises". Crochets de service type "SDH" en acier inox, avec oeillet d'arrimage pour protection individuelle, conforme aux normes. Les tabatières ont été remplacés par des châssis isolés, dimensions 40x60cm.

Ferblanterie, raccords avec la pierre et du chéneau

La ferblanterie en cuivre, oxydée, a été remplacée par du cuivre étamé. Tous les raccords avec la pierre ont été optimisés. Nous avons réalisé des césures dans la pierre afin d'insérer les ferblanteries. Après fixation du cuivre étamé, le tailleur a fermé les césures avec un joint à base de mortier de chaux adapté avec un concassé de pierre. Cette finition permet un détail plus abouti et une meilleure étanchéité. Le chéneau, marqué par de nombreuses infiltrations, a été redessiné afin que les eaux de pluie s'écoulent plus rapidement. Les anciens panneaux en aggloméré ont été remplacés par des panneaux 3 plis phénolés.

Verrière et terrassons

Les anciens verres, fissurés poru certains, ont été déposés, les joints amiantés ont été assainis. La structure métallique a été brossée et traitée contre la rouille. Elle a été repeinte en peinture micasée, teinte ML-E7, de même que la ferblanterie périphérique. De nouveaux verres armés, type O, ont été posés avec un joint silicone Gyso, teinte anthracite. Le passage entre les deux terrassons s'effectue par une passerelle caillebotis de 80cm de large. Des barrières de protection ont été installées sur tout le pourtour des terrassons.

Façades

On remarque les moisissures, mousses, micro-fissuration sur les moulures en pierre calcaire. On note une grande détérioration de certains éléments en pierre, ainsi que des desquamations sur divers secteurs. Le crépis, en bon état, devra être repeint. Les fenêtres en bois sont à simple vitrage. Le mastic (amianté) des fenêtres est abîmé et non étanche. Les garde-corps sont corrodés et nécessitent un sablage et une protection contre la rouille.

Sculpture

Les ornements ont été retaillés, leurs courbes reprofilées. Ce traitement, réalisé par un sculpteur, a permis d'ôter toutes traces de salissure et d'érosion. Le médaillon a retrouvé son aspect d'origine.

Taille de pierre

Les dalles de balcons ont été reprofilés. Les dalles de granit ont été sablées. Tous les joints ciment ont été curés et regarnis avec un mortier adéquat à base de chaux. Les balustres, trop endommagées, ont été remplacées. Les encadrements de fenêtres, les fonds de murs en pierre calcaire ont été lavés et ravalés.

Garde-corps

La totalité des garde-corps ont été déposés. Ils ont été sablés en atelier, afin d'ôter toutes traces de plomb et de corrosion. Après restauration et adaptation à 100cm, ils ont été peints. Teinte micasée ML-E7. Toutes les adaptations ont été réalisées sur le bas du garde-corps. De ce fait, notre intervention est très peu visible à l'oeil.

Fenêtres en bois

Les fenêtres existantes, à simple vitrage, ont la peinture écaillée, laissant le bois exposé aux intempéries. Les mastics ne sont plus étanches. Les vantaux ont été déposés et traités en atelier afin d'éliminer le plomb et l'amiante. Les cadres extérieurs ont été rabotés et huilés. Les vantaux ont été adaptés avec une recharge en chêne, élargissant la feuillure et permettant la mise en place d'un double vitrage composé d'un verre isolant float de 4mm + intercalaire thermique 10mm au gaz Krypton + verre low-E Lux de 4mm. Intercalaire thermolaqué RAL 8007, coupe à l'onglet. Traitement vantaux et cadre extérieur.: huile lasure de chez Galtane, teinte 7012 Chêne. Pose d'un solin en silicone à 45° Gyso-Unisilicon 707, teinte Brun. Les contre-coeurs ont été doublés et isolés par l'intérieur. Réfection des joints entre les cadres de fenêtres et la pierre de taille avec un silicone Gyso-Sil S-70, teinte Jasmin. Les espagnolettes et tous les ferrements ont été sablés, polis et traités avec une huile durcissante avant repose.

Protections solaires

Les stores de l'immeuble étaient en métal, de couleur brun foncé ou clair, selon les derniers changements. Dans le cadre de la restauration de l'immeuble, nous avons opté pour des stores à tabliers en bois mélèze. Les lames sont en queue d'arronde de 9mm, finition Teck 085 (D5.51.29T). Les coulisses et lames finales sont thermolaquées NCS S 7000-N.

Lambrequins

Les lambrequins existants étaient droits, brun foncé. Nous les avons remplacés par des lambrequins de forme identique à l'existant (droit ou arrondi), thermolaqués NCS S 7000-N, la même teinte que les coulisses et lames finales de stores. Nous avons ajouté des décors, dont la forme en fleur de lys provient d'un dessin présent sur les garde-corps.